Sis Yaoundé Cameroun    (+ 237) 222 20 90 90    contact@pea-jeunes.org    Lun à Ven : 8h 30 - 16h 30

Consommation : les bons points de la filière aquacole au Cameroun

Entre 2015 et 2019, la région du Littoral a produit 635 tonnes. Ces statistiques ont été dévoilées à l’occasion des Conseils d’administration de la Caisse de développement de la Pêche maritime et de la Mission de développement de la pêche artisanale maritime.

Chose promise, chose due.  Dr Taïga, ministre des Pêches, et des industries animales (Minepia), veille au respect des instructions du Gouvernement à savoir : développer l’aquaculture de grande échelle pour limiter les importations de poissons.  Jeudi 1er août, à l’occasion de la 57ème session ordinaire du Conseil d’administration de la Caisse de développement de la pêche maritime (CDPM) et de la 27ème du genre à la Mission de développement de la pêche artisanale maritime (Midepecam), le Minepia a indiqué que la région du Littoral a produit 635 tonnes de poissons entre 2015 et 2019. Le secteur aquacole doit cette performance au Projet de promotion de l’entrepreneur aquacole (PPEA), fruit de la coopération entre le Minepia et le Fonds international de développement agricole.  Ce projet  vulgarise des technologies innovantes à travers l’unité pilote d’aquaculture intensive de Logbaba.

Pour atteindre ces performances, explique Arsène Obama, Coordonnateur régional du Ppea, il a fallu améliorer 112 exploitations aquacoles disséminées dans quatre départements du Littoral. Selon lui, l’Etat a mis crée le PPEA pour accompagner les jeunes que ce soit dans le cadre de la formation, de l’appui-accompagnement ou la fourniture d’intrants. Ils ont distribué tout récemment dans le Littoral 600 sacs d’aliments de 15 kg aux bénéficiaires.

D’une manière générale la production nationale halieutique au Cameroun est passée de 205 tonnes à 285 000 tonnes entre 2011 et 2016. Ceci grâce à la construction des centres d’aquaculture dans plusieurs localités du pays.  D’après le Dr Taïga, le Cameroun dispose de 15 000m2  de plateau continental et de 4 millions d’hectares de superficie des plans d’eau continentaux, d’où le développement des stratégies visant à renforcer les capacités des producteurs.

Source : Eco Matin